Se lancer dans le blogging au Cameroun, part 3

Coucou,

Dans cette troisième partie, je vais aborder le blogging, dans la cadre de la relation avec les entreprises/auto entrepreneurs au Cameroun. Plus particulièrement de certaines  erreurs qu’elles commettent.

Avant de continuer, vous pouvez lire la partie 1 en cliquant ICI , et la partie 2 en cliquant ICI si ce n’est pas encore fait.

Cet article est très synthétique. Je n’ai pas pu dire tout ce que j’avais à dire, mais j’ai quand même abordé l’essentiel.

Cet article a été difficile à rédiger . Pour cet aspect : l’idéal pour moi, aurait été de le faire sous forme de podcast , ou d’en parler directement de vive voix avec les intéressés.

Donc : si vous avez plus de questions , n’hésitez pas à me contacter personnellement.

LES ERREURS QUE LES AUTO ENTREPRENEURS,  ENTREPRISES COMMETTENT :

  • Assimiler le blogueur à ce qu’il n’est pas ;
  • Ne pas avoir de stratégie rédigée avant de contacter un blogueur ;
  • Contacter un blogueur pour les mauvaises raisons .

ERREUR 1 : ASSIMILER LE BLOGUEUR A CE QU’IL N’EST PAS

  • Le blogueur n’est pas un journaliste.
  • Le blogueur n’est pas un spécialiste du marketing.
  • Le blogueur n’est pas un communicateur.
  • Le blogueur n’est pas un robot.
  • Le blogueur n’est pas une personne parfaite.
  • Le blogueur n’est pas un magicien, infographe,….

Par contre :

  • Le blogueur rentre dans votre stratégie marketing ;
  • Le blogueur rentre dans votre stratégie de communication ;
  • Le blogueur peut traiter de certains sujets comme un journaliste ;
  • Le blogueur peut vous aider dans vos projets en fonction de son background.

Ma définition du blogueur :

Le blogueur est une personne passionnée qui rédige des articles selon sa ligne éditoriale.

Qu’est-ce que j’entends par passionnée ?

Pour moi, çà veut dire que c’est une personne qui , lorsqu’elle souhaite partager quelque chose avec ses lecteurs,  ne va pas attendre qu’on lui offre des cadeaux ou qu’on lui donne de l’argent pour ce faire.

Je vais prendre mon exemple : qu’une entreprise m’offre ou pas des produits ; si j’ai acheté votre produit/service et que j’ai aimé, je vais en parler sur mon blog.

Avant même de lancer mon blog en 2015, je participais régulièrement aux foires,… et j’achetais et testais des produits. Quand çà me plaisait j’en parlais à mes proches. Jusqu’à présent j’ai mon petit budget que je mets de côté chaque mois pour ce faire, car c’est quelque chose que j’aime à la base.

Donc : même si j’arrête mon blog aujourd’hui, je vais continuer à acheter et tester car j’aime çà et mon budget (même s’il est limité) me le permet.

Chaque personne est responsable de la gestion de son argent.

Exemple : Les 10 000 fcfa que vous avez pour votre loisir et que vous utilisez pour aller en boîte de nuit ou acheter un nouveau vêtement/gadget, moi je vais utiliser çà pour acheter des produits/services locaux ou pas, et en partager l’avis avec mes proches (sur mon blog ou pas).

Le souci de ce partage d’expérience au niveau de mon blog est que, suite à de mauvaises expériences, j’ai décidé de parler uniquement de mes coups de cœurs.

Pour Les produits que j’ai acheté avec mon argent et dont je n’ai pas parlé sur mon blog :

  • soit je n’ai pas aimé et mon but n’est pas de dénigrer les initiatives. Ce qui est difficile à faire comprendre aux porteurs de projets ou entreprises. Vous pouvez faire 9 remarques positives sur son produit/service, et une 1 seule remarque négative, mais ils vont s’attarder sur la seule critique pour dire que c’est du sabotage, vous insulter, vous dire que vous avez déjà fait quoi dans votre vie qu’on a déjà vu, et j’en passe. Et là je parle également des cas où on ne vous demande pas d’articles, juste votre avis.
  • soit je n’ai pas eu le coup de cœur qui me donne le feeling pour en rédiger un article (mais çà ne veut pas dire que le produit n’est pas bon).

TOUTEFOIS !

Si en  lisant un blogueur  vous remarquez des compétences qui ne sont pas seulement en lien avec la rédaction d’articles et dont l’apport pourrait être bénéfique pour votre projet ou entreprise, vous conviendrez donc avec moi que pour ce faire, vous ne le contacterez pas en tant que blogueur, mais en tant que professionnel.

Dans ce genre de cas, le blogueur a utilisé son blog un peu comme un CV, une manière de vous montrer un aperçu de ce qu’il est capable de faire, même s’il n’est pas rentré dans les détails.

Ne soyez donc pas surpris dans ce cas de recevoir un devis, ou que le blogueur vous demande une contrepartie (qui n’est pas toujours l’argent).

En fonction du contexte, du nombre d’années d’expériences dans le blogging et de la force de frappe du blogueur, ne soyez pas aussi surpris que celui-ci vous demande une contrepartie si vous le contactez.

De ce fait : nous pouvons donc passer à présent à la 2ième erreur que les entreprises commettent.

ERREUR 2 : NE PAS AVOIR DE STRATÉGIE RÉDIGÉE AVANT DE CONTACTER UN BLOGUEUR 

C’est à vous de rédiger votre stratégie de communication et marketing.

Dès que c’est fait : vous déciderez à quel niveau et de quelle manière le blogueur interviendra, et ce que vous attendez de lui.

Dès que tous ces critères sont rédigés, vous pouvez donc contacter le blogueur pour ce faire.

Maintenant : si vous demandez à un blogueur de travailler sur votre stratégie marketing et de communication, ne soyez pas surpris de recevoir un devis, car c’est du travail.

Quel objectif une entreprise doit elle principalement viser lorsqu’elle contacte un blogueur ?

En ce qui me concerne, ainsi que la période dans laquelle nous sommes (2018), une entreprise doit principalement avoir pour objectif le référencement lorsqu’elle contacte un blogueur.

L’état des lieux

  1. Il y a un changement qui n’est pas encore très perceptible pour le moment dans la manière dont la population a accès à l’information. Avant ( pour le moment aussi), lorsqu’on voulait une information , on allait passer par la télévision, la radio, les journaux, les magazines,…

De nos jours, on constate de plus en plus l’influence des réseaux sociaux. Les personnes vont aussi beaucoup plus sur Google et écrivent ce qu’ils recherchent.

Pour ce qui concerne les magazines papier au Cameroun : oui ils continuent à se vendre, mais plus trop comme à l’époque des années 90. Le lecteur préfère de plus en plus aller lire sur internet , d’où la prolifération des magazines en ligne au Cameroun,…

Face à tout cela, vous comprenez donc pourquoi certaines chaînes de télévision créent leur site web, et font des efforts pour animer et gérer leurs réseaux sociaux.

Vous pensez que c’est le hasard ? Vous pensez que la CRTV s’est levée un matin et dire qu’il faut faire telle ou telle chose en lien avec le digital ? Vous pensez que c’est pour rien qu’ils retransmettent de plus en plus d’émission en direct ou passées sur leur page facebook ?

Plus récemment encore : l’animatrice Laura Dave a lancé son magazine en ligne l’année passée (sauf si je me trompe)…vous pensez que c’est le hasard ou que c’est juste pour s’amuser ?

  1. La difficulté de trouver des informations/données sur internet pour ce qui concerne le Cameroun

Pour une personne qui vit au Cameroun ou pas : trouver de l’information sur un sujet précis ou une entreprise est difficile. Soit on ne trouve rien, soit on tombe sur un annuaire en ligne dans 51% des cas.

Pourquoi ? parce qu’au Cameroun on s’est limité aux médias traditionnels pendant longtemps.

Il y a un manque de contenu avec des données camerounaises à combler.

  1. Trop de copycats au Cameroun !

Il est certes vrai qu’il y  a de plus en plus de magazines au Cameroun, mais ils font à peu près la même chose : gossip, politique , événements, sport,partage d’informations brèves,…

Trop de personnes se lancent juste pour se lancer, au lieu de chercher une différence (après ils vont se plaindre que çà ne donne pas, qu’ils n’arrivent pas à rentabiliser,…).

Du coup : les magazines en ligne ne résolvent pas toujours le problème de l’information que recherche la personne lambda sur Google  au Cameroun.

 

Et le référencement : il intervient à quel niveau ?

Si j’utilise les termes techniques ce sera difficile de comprendre , donc je vais vous prendre un exemple très simple.

Mais avant: vous pouvez quand même aller lire la définition sur Wikipédia en cliquant ICI .

Lorsque vous avez acheté votre journal ou votre magazine papier : vous avez eu accès à plusieurs informations. Il y a par exemple le produit d’une marque X que vous avez vu et qui vous a intéressée.

5 mois après : vous avez envie d’acheter ce produit, mais ne retrouvez pas le magazine papier pour avoir l’adresse.

Qu’est-ce que vous faites ?

Vous allez sur google, vous tapez le nom du produit ou de la marque dans la barre de recherche.

Dans les résultats de recherche : il n’y a rien, aucune information sur la marque ou l’entreprise.

Ayant envie du produit, çà va vous prendre plus de temps  (et d’argent aussi) pour trouver l’adresse : appelez ses proches, demander ou contacter le magazine papier en question.

Au pire des cas : vous pouvez décidez de reporter votre achat car vous êtes fatiguée de chercher l’adresse.

Quelle est la conséquence ?

  • pour vous: vous êtes frustrée car vous vouliez vraiment ce produit et aviez l’argent, mais n’avez pas l’information.
  • pour la marque /entreprise: une occasion de vente perdue car elle n’est pas référencée en ligne. L’entreprise a certes payée des magazines papier, fait des spots télé, et des affiches en ville pendant un certain temps, mais elle a oubliée de référencer son entreprise.

Lorsqu’un article est rédigé en ligne sur vous : c’est à vie en général (sauf si la personne qui a un site web ne renouvelle pas son hébergement;pour des blogs dont l’adresse est par exemple: mode.wordpress.com, c’est gratuit et c’est à vie) !

Ce qui veut dire que : même après 10 ans, 50 ans, si une personne tape ce qu’elle recherche dans la barre de recherche de Google, elle va avoir accès à l’information. Ce qui n’est pas le cas des spots télé,…où il faut à chaque fois payer pour garder l’attention de la cible.

Au Cameroun : les spots télé et les radios sont  très efficaces dans le sens où ce n’est pas tout le monde qui est connecté à internet. Par contre : ce ne sont  pas toutes les entreprises qui ont le budget pour ce faire.

Nous sommes en 2018 : Que vous ayez du budget ou pas, le référencement doit être  votre principal objectif si vous décidez d’inclure les blogueurs dans votre stratégie.

Lorsqu’un blogueur publie un article sur vous (qu’il soit écrit par lui ou par vous) ou parle de vous sur son blog : vous êtes automatiquement référencé sur Google, et ce, que le blogueur  ait 20 vues par mois ou 100 000 vues par mois.
Vous comprenez donc que, vous n’avez pas forcément besoin de dire que vous voulez qu’un blogueur camerounais ait 100 000 vues par mois pour dire que vous allez collaborer avec lui.

Et çà : 70% des entreprises camerounaises ne l’ont pas encore compris.

Oui : ce chiffre est énorme,  car , si certaines  personnes qui travaillent dans les départements marketing ou communication dans les entreprises l’avaient compris, vous verriez des collaborations chaque jour avec des blogueurs Camerounais. Est-ce le cas ? Nonnnnn.

Est-ce que çà veut dire que les personnes qui travaillent dans le marketing ou la communication sont incompétentes ? Non pas du tout.

Avant de me lancer dans le blogging : je ne m’étais pas posée cette question et je ne voyais pas les choses de cette manière ;  donc je ne peux  pas les blâmer car j’étais aveugle , mais comme moi je vois déjà là : il faut que j’ouvre aussi leur yeux non ?

C’est à force de bloguer  que j’ai commencé à me poser des questions à ce sujet, et j’en suis arrivée à cette déduction. Avant que je ne blogue, je ne voyais pas les choses de la même manière que depuis que je blogue …donc c’est normal que quelqu’un qui soit externe au blogging ne saisisse pas cette nuance.

Bon ! vous allez forcément me dire ceci : qu’est-ce qui prouve que ce que tu dis est vrai ?

Je vais prendre un exemple d’un cas que j’ai vécu.

Lorsque je rédige l’article sur SHU Anta à mes débuts (2015), je ne crois pas que j’ai même 200 vues sur mon blog chaque mois.  A l’époque il n’y avait pas la page facebook et le site web de la marque (donc si vous tapez maintenant sur Google :je suis en troisième ou quatrième position).

Une semaine après avoir rédigé l’article, je tape Shu Anta sur Google, et je tombe sur mon article en 1ière position.

Vous conviendrez donc avec moi que sans influence de mon blog, j’ai pu référencer cette entreprise. Du coup en tapant Shu anta : la personne à la recherche de l’information est contente ; pour l’entreprise : c’est un potentiel prospect.

Pourtant il y a des magazines en ligne au Cameroun ! mais comme ils font la même chose (politique, gossip,…)  ou certains ont des critères financiers ou n’ont pas le temps de prospecter …voilà comment une petite blogueuse de mon état a référencé « GRATUITEMENT » une entreprise qui existe depuis des années .

Voilà la notion de référencement donnée en exemple. Si vous n’avez toujours pas compris, je vous invite à me contacter à : contact@lisacurvy.com .

Ceux qui ont compris : vous voyez donc maintenant non ?

Pour ceux qui ont donc vu comme moi, vous conviendrez donc qu’il y a tellement de choses qu’un magazine ou un blog peut explorer au Cameroun. Je n’entrerais pas dans les détails car ce n’est pas le but de l’article.

J’en profite toutefois pour faire un petit message aux gens qui se lancent dans les projets de magazines en copiant d’autres magazines : bonne chance ooo, continuer à copier !!!!

Pour finaliser cette partie, je résumerai en disant :

  • pour un objectif de référencement : contacter les blogueurs ;
  • pour un objectif financier : contacter les influenceurs ; çà peut aussi arriver qu’un blogueur soit influenceur.

J’ai parlé trop vite. Je vois déjà une objection de certaines entreprises : « Mais Lisa, pour le référencement je peux contacter directement les magazines non, j’aurais encore besoin des gens comme toi pourquoi ? »

Ma réponse :  hummm ! oui c’est possible car le référencement ne se fait pas uniquement à travers le blogging. Je ne vais pas entrer dans les détails (sinon je risque écrire un livre), donc je vais parler en parabole : il y a une différence entre un magazine et un blog. Pour plus de détails : contact@lisacurvy.com

Bon : on va passer à la partie suivante !

 

ERREUR 3: CONTACTER UN BLOGUEUR POUR LES MAUVAISES RAISONS

Il y a des personnes ou entreprises qui contactent des blogueurs juste pour la « hype » , pour dire qu’ils sont « in », mais dans le fonds, vous constatez qu’il n’y a  pas eu un travail au préalable qui a été fait en amont.

Soit parce qu’elles ne savent pas comment procéder, soit parce qu’elles se disent que c’est quelque chose de simple à gérer.

Suite à mon article l’année passée, j’ai reçu quelques questions de personnes inbox. Parmi ces questions, il y a une qui est revenue :

« Lisa, pourquoi tu ne parles pas des choses négatives que tu vis dans le blogging ? »

Ma réponse : Comme je l’avais déjà dit, j’ai décidé d’aborder les choses sur un aspect positif.

Est-ce que çà veut dire que ce que je vis dans le blogging est rose ? non : pas du tout. J’ai juste fait le choix de ne pas en parler.

Car si je devais le faire : c’est que vous-même, chers lecteurs et lectrices ! vous seriez les premiers à venir me dire d’arrêter de gérer les bêtises de ce genre,…

Si je devais parler des aspects négatifs que je vis avec mon blogging, je  ferai des posts au moins une fois par semaine sur les réseaux sociaux pour çà.

Donc : ce n’est pas parce que je ne parle pas que tout roule comme sur des roulettes.

Les problématiques que les autres blogueurs dénoncent sont vraies!!!!

Je suis dans des groupes de blogueurs en Europe et même en Amérique du Nord, et je peux vous dire avec assurance, qu’il y a des problématiques qu’on retrouve au Cameroun, que ceux qui sont à l’étranger vivent aussi. La différence entre les blogueurs de l’occident et nous c’est que : chez eux c’est déjà à un niveau avancé, contrairement à nous.

Lorsque je dis contacter un blogueur pour les mauvaises raisons :çà veut dire quoi ?

Je considère qu’une personne me contacte pour les mauvaises raisons si elle ne me dit pas clairement ce qu’elle attend de moi.

Des fois vous souhaitez même anticiper en demandant ce qu’il faut faire, et demander de plus amples détails, mais vous n’avez pas de réponse.

Du coup vous êtes obligé de faire en fonction de ce que votre cœur vous dit et prendre vous-même les décisions. Dans le meilleur des cas : tout se déroule bien. Dans le pire des cas : çà se termine en pots cassés !

gif pots cassés.gif

 

Ma suggestion aux entreprises:

Autant les entreprises rédigent des guides/ processus/ procédures  pour gérer certains aspects de leur entreprise, autant je crois qu’il faut qu’ils le rédigent aussi pour la gestion de la relation avec les blogueurs.

Je crois que si les entreprises le font, il y aura moins de conflits des deux côtés.

Par contre : on ne rejette pas tout le tort sur les entreprises…c’est la raison pour laquelle j’ai dit au début que: « le blogueur n’est pas parfait ».

Comment le faire ?

Si jusqu’à présent :  vos employés qui ont étudié la communication, les relations publiques ou le marketing n’arrivent pas à le faire, c’est qu’il faut contacter directement un blogueur avec expérience pour ce faire.

Qui de mieux  qu’une personne qui a vécu les réalités, les déboires du blogging pour vous dire : « il y a cette chose que les entreprises font et que je n’aime pas : je vous suggère de faire comme ci à la place ; pour contacter un blogueur : en plus de ce que vous avez écrit il faut rajouter tel, tel aspect, ,……. ».

A partir des données récoltées auprès du blogueur ou des blogueurs vous aurez donc tous les éléments pour ce faire.

Petite trêve avant de continuer : ici on ne parle pas des webs magazines, mais cette suggestion est aussi valable pour eux car certains se plaignent aussi.

Pour revenir au blogging, je vais à présent vous donnez quelques exemples que j’ai vécu  (il y en a tellement que je pourrai en écrire un livre, donc je ne pourrais pas tous les rédiger ici):

  • Au début de l’article, j’ai écrit ceci : le blogueur n’est pas un journaliste. Le journaliste est payé pour couvrir des événements, rédiger des articles pour ses employeurs,…ce qui veut dire qu’il est toujours prêt. Même si vous l’appelez la veille pour un événement : il va venir car c’est son travail. S’il a une indisponibilité il peut appeler un de ses collègues pour le remplacer. Il est possible qu’un journaliste crée un blog ; dans ce cas : tant mieux pour vous.

Pour moi qui ait des obligations familiales et professionnelles : lorsque vous me faites un mail ou un message la veille d’un événement….il y a très peu de chances que j’y participe (que je sois disponible ou pas). Voici le style de réponse  « diplomate » que j’envoie souvent aux personnes qui m’envoient les invitations à la dernière minute : « Je vous remercie pour votre invitation : j’aurais bien aimé y participer , mais je ne suis pas disponible ».

Bon : je vois déjà la réplique d’une de mes lectrices : « et si dans le mail ils avaient dit qu’ils vont te payer en disant le montant directement dans le mail ? ».Ma réponse : là c’est autre chose loool.

gif gurll

  • Un autre cas que j’ai vécu: Je reçois une invitation pour une autre ville. Je réponds à la personne que je ne réside pas dans cette ville mais qu’il y a tel ou tel blogueur qu’ils peuvent bien contacter pour ce faire. Ils me disent non : qu’ils veulent absolument que ce soit moi. Je leur dit : ok, dans ce cas vous assurez mon transport, mon hébergement,… et là : silence radio. Euhhhh !!!
  • Des personnes qui me contactent pour rédiger un article : je leur envoie ce qu’il me faut pour le contenu (exemple : localisation de la structure, présentation des produits/services, cible, photos, contacts,..) et qu’ils doivent m’envoyer (je ne vais quand même pas inventer les informations sur leur structure, en plus il n’y a aucune information sur leur page facebook). Deux semaines passent : je n’ai rien reçu. Un mois après ils me font un message : «  Lisa c’est comment, on attends l’article » ? Euhhhhhh !!!!
  • Des personnes qui me contactent pour faire concurrence à des magazines en ligne déjà établis au Cameroun ou en Afrique. Ils veulent que vous montiez le projet GRATUITEMENT et que vous écrivez les articles aussi GRATUITEMENT car ils n’ont pas  de budget pour le moment. J’avais déjà dit ici que quand on n’a pas de budget on commence avec les moyens du bord. Si monter le projet (business plan) et rédiger les articles est si facile pour un magazine:vous pouvez donc le faire et commencer avec ce que vous avez. Vos amis peuvent vous aider aussi gratuitement pour ce faire. Moi-même je manque de temps pour  améliorer et rédiger plus d’articles sur mon blog/ma vie réelle est désorganisée et on me met même déjà les véto :vous pensez sincèrement que je le ferai gratuitement pour quelqu’un d’autre sur une base régulière?

J’aurais bien aimé continué, mais mes doigts me font déjà mal, tellement j’ai écrit.

Cet article, ce n’est même pas le dixième de ce que je voulais dire, car il y a beaucoup de choses à dire de ce côté. J’ai essayé de synthétiser.

S’il y a des entreprises ou entrepreneurs qui aimeraient plus de détails ou que je les aident pour rédiger leur guide, je vous invite à me faire un mail à : contact@lisacurvy.com

Bisous et à bientôt

Lisa

 

 

 

 

 

Publicités

Publié par

Je suis une jeune camerounaise. Je partage avec vous mes bons plans au Cameroun. Vous y retrouverez aussi mes découvertes et coups de coeur.

10 commentaires sur « Se lancer dans le blogging au Cameroun, part 3 »

  1. Je me souviens un magazine m’avait contacter pour que j’écrive des articles pour leur magazine gratuitement, d’une part j’étais contente car ça voulait plus ou moins dire qu’ils appréciaient ce que j’écrivais mais d’autre part j’ai deja mon propre blog auquel j’ai du mal à y mettre du contenu alors le faire gratuitement pour d’autres non merci!!
    bel article, j’apprécie de voir que je suis pas l seule à vivre certaines choses!!

    J'aime

  2. Vraiment pertinant ce que tu decris dans ton article Lisa. Je ne me rendais pas compte que c etait ainsi dans notre pays. Tu es la premiere bloggeuse camerounaise vivant au cameroun que j ai decouverte et j apprecie enormement ce que tu fais et continue a te remercier pour tes partages.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s