A la découverte de : Wazal Couture !

Bonjour,

J’ai pu m’entretenir avec le créateur de Wazal Couture, Monsieur AYISSI NGA Joseph Marie, et j’aimerais partager avec vous notre échange!

received_1738324982863959 (1)

Bonjour,

  1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, merci de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer sur votre plate-forme, j’en suis honoré ; je me prénomme AYISSI NGA Joseph Marie, créateur de la marque Wazal ;received_146328612603288

écrivain à mes heures perdues, je profite pour vous parler de ma bande dessinée  Wazal dont le titre est : La légende de Wazal.

Ma bande dessinée Wazal parle d’amour, et d’un tissu wazaliane que j’ai créé ; c’est un tissu protecteur magique : seul le roi a un mot magique qu’il doit prononcer pour que les messages géométriques et codés de paix apparaissent.Le mot magique est « wazalkaliflagilistik ».

Des méchants veulent s’emparer de la racine du tissu protecteur pour contrôler tous les empires. En 2016, j’ai eu une nomination au BEFFTA AWARDS à Londres.

À ce jour j’ai eu à créer quatre collections :

  1. Braguette été ;
  2. Africafutur ;
  3. WazalRock ;
  4. Ova été .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  1. Depuis combien de temps faites-vous ce métier ? Comment avez-vous été saisi par la vocation ?

Cela fait 10 ans que je créais.  Les débuts n’ont pas été faciles. C’est grâce à mon père que je suis devenu styliste ; c’était un couturier dans les années 80, qui s’est illustré dans la confection des modèles masculins.

Dans ma jeunesse, j’ai eu à faire de la mécanique. J’aime toucher la technique : je pense que c’est un métier manuel qui me correspond ; j’ai voulu savoir faire quelque chose de mes propres mains, si bien que j’ai créé ma structure en 2005.

  1. Quelle formation avez-vous suivi pour exercer ce métier ?

J’ai suivi une formation à l’école VANESSA RUIZ. Cette école m’a appris comment faire un bon moulage, faire le prototypage,  et du modélisme ; pour avoir des belles vestes (smoking) il faut connaître votre moulage. Le moulage c’est un patronage !

À l’heure actuelle l’école VANESSA RUIZ est partenaire sur mon projet Wazal : on travaille pour ouvrir une structure de fabrication au Cameroun, et une école de mode pour transmettre notre savoir-faire.

  1. Comment se sont déroulés vos débuts dans la mode ?

Les débuts n’ont pas été faciles : la recherche des fabricants, des commerciaux pour commercialiser nos produits. Au début je n’avais pas encore suivi de formation ; j’étais obligé d’aller à l’étranger pour faire mes fabrications ; j’ai aussi eu la chance d’avoir une famille formidable qui me soutient depuis le début, sur le plan moral et financier.

  1. Comment décrivez-vous votre style?

Je le décris comme du Street chic : je m’inspire de la mode de rue pour faire le haut de gamme.

FB_IMG_1498509548927

FB_IMG_1498680893413

FB_IMG_1503823066110

received_146328772603272

  1. Vous faites un métier qui nécessite un renouveau constant. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspiration viennent de partout : je fais des recherches sur le net, pour voir ce qui est tendance, je m’inspire des chaussures, et baskets qui m’ont marqués dans ma jeunesse ; l’architecture m’inspire aussi.

  1. Y a-t-il des grands couturiers que vous admirez tout particulièrement ?

Les couturiers qui m’inspirent sont : Imane AYISSI, YOMI Casual créateur nigérian et AnggyhaIf.

  1. Quelle est l’image de la femme/homme que vous souhaitez mettre en valeur?

Le Dynamisme, la modernité, la spontanéité, la simplicité tout en restant très bien habillé. Du moderne en toute simplicité.

received_146328642603285

FB_IMG_1499188443090

FB_IMG_1503823060239

  1. Comment s’annonce la fin d’année 2017/ début d’année 2018 pour vous?

Pour moi chaque année c’est de nouvelles idées, qui dit créativité veut dire évolution, et modernité.

Pour l’année 2018 : je travaille sur ma bande dessinée Wazal, et ma nouvelle collection Wazal, «  ovaova », qui veut dire la grandeur des grandeurs ! J’aime aller au-delà de mes limites.

  1. Pouvez-vous nous parlez de votre prochaine collection?

Ma prochaine collection a été inspirée de l’argot camerounais, que j’ai nommé ovaova, qui veut dire la grandeur des grandeurs ; j’aime aller au-delà de mes limites, mais en restant dans l’air du temps. Les matières seront de chez nous ; lors de mon dernier voyage à Buea et Bamenda, j’ai aimé le tissu de la région de l’Ouest et  j’ai décidé d’utiliser cette matière pour ma prochaine collection.

  1. Si vous étiez l’une de vos tenues, laquelle serait-ce et pourquoi ?

Si j’étais l’une de mes tenues je dirais ma collection préférée « ova Tété », qui m’a valu une nomination au BEFFTA AWARDS 2016. Ma pièce préférée est la veste smoking noir rouge ;  les matières wax bazin, cuir d’agneau inspiré d’une Nike air raid, c’est des baskets qui m’ont marquées dans ma  jeunesse, puisqu’il fallait avoir de l’argent pour avoir ces baskets, chose que je peux me permettre aujourd’hui.

received_146328665936616

  1. Quel conseil en matière de mode donneriez-vous aux lectrices de notre blog pour s’habiller avec goût?

Le conseil que je peux leur donner, c’est d’aimer oser les couleurs, les mélanges des matières en restant simple ; exemple de mes deux  tuniques : vous pouvez les porter soit avec un slim, au niveau du tour de taille, mettre une ceinture ou pas, c’est à vous de choisir.

Les Ghanéens et nigérians ont un style à part. Chaque culture doit avoir son style et il y en a certains qui n’ont  pas été instaurés au Cameroun, mais on n’y travaille.

  1. Quel a été votre pire souvenir à titre professionnel? Et le meilleur?

Mon pire souvenir c’est lorsque je cherchais  des finances pour faire avancer mon projet, des modèles qui n’ont pas été livrés à temps.

Mon meilleur souvenir est ma nomination au BEFFTA AWARDS 2016,  et la machine que mon confrère Imane AYISSI m’a offerte pour m’encourager.

  1. Quels sont vos hobbies/passions?

J’aime faire du sport, du cinéma, et dormir (çà me permet d’être mieux inspiré).

  1. Quel est votre plat de nourriture préféré ?

Mon plat de nourriture préféré c’est l’okok, et les légumes Camerounais.

  1. Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite se lancer dans la mode ?

Le conseil que je lui donnerais est de croire en lui, ne pas écouter les gens, écouter les conseils et se former pour une maitrise de son art.

  1. Louez-vous des tenues, comment doivent procéder les femmes qui sont intéressées par vos tenues?

Je fais des pièces uniques ; j’ai eu à faire des locations aussi à des artistes pour des clips vidéos, et des acteurs.

18) Comment faire pour vous contacter ?

Pour me contacter

  1. Un dernier mot pour la fin ?

Je remercie votre plate-forme de m’avoir accordé cette interview, je remercie tous ceux qui ont acheté mes créations depuis le début.

Je remercie les journalistes et bloggeurs  qui me suivent depuis le début.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Publié par

Je suis une jeune camerounaise. Je partage avec vous mes bons plans au Cameroun. Vous y retrouverez aussi mes découvertes et coups de coeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s